Brockville Braves Carleton Place Canadians Cornwall Colts Navan Grads Hawkesbury Hawks Kemptville 73s Nepean Raiders Ottawa Jr Senators Pembroke Lumber Kings Renfrew Wolves Rockland Nationals Smiths Falls Bears

La ligue centrale junior A plus forte ?

Jean-François Plante – Journal Le Droit

Située directement sous la Ligue canadienne de hockey dans la hiérarchie de Hockey Canada, la Ligue centrale junior A (CCHL) demeure quand même un terreau fertile de hockeyeurs aux grands talents.

Avec ses 12 équipes regroupées dans la région de la capitale fédérale, la CCHL sert souvent de tremplin aux jeunes hockeyeurs de 16 ou 17 ans qui veulent accéder au niveau junior majeur. Jack Quinn, qui vient de marquer 52 buts avec les 67’s d’Ottawa et qui représente un espoir de première ronde au prochain repêchage de la LNH, a été la recrue de l’année de la CCHL quand il avait 16 ans.

Parce qu’elle est considérée comme une ligue amateur, elle peut aussi servir à faire la liaison entre le hockey midget et les circuits universitaires américains. Des joueurs à la recherche de bourses d’études au pays de l’Oncle Sam vont parfois opter pour la CCHL même s’ils ont été repêchés dans la LHJMQ ou de la LHO.

Habituellement, ces joueurs évoluent dans CCHL à 16, 17 et même à 18 ans avant d’aller rejoindre leurs universités respectives, mais puisque les douanes pourraient être fermées sur une période prolongée en raison du virus de la Covid-19, certains joueurs pourraient être «forcés» de rester dans la région pour disputer une saison additionnelle en 2020-21.

«Si nos joueurs ne peuvent pas traverser, nous pourrions avoir une ligue très forte la saison prochaine, note Martin Dagenais, entraîneur-chef des petits Sénateurs d’Ottawa. Si la saison de la NCAA ne commence pas à temps, nos joueurs qui étaient engagés envers des universités pourraient être réticents à brûler une année d’admissibilité pour jouer une demi-saison ou peut-être même pas de saison du tout. Encore faudrait-il que nous ayons une saison aussi! Tout est spéculatif à ce moment-ci.»

En pleine période de recrutement cette saison, les Nats de Rockland ont approché plusieurs joueurs qui avaient signalés leurs intentions de poursuivre leurs carrières dans la USHL. En ne pouvant pas traverser la frontière, ces joueurs pourraient se raviser.

«Je reçois aussi des appels de parents de joueurs américains qui aimeraient nous envoyer leurs enfants parce qu’ils croient que la crise est mieux gérée au Canada, mais comme nous ne sommes pas un service essentiel, ils ne pourraient pas traverser les douanes. Oui, nous pourrions hériter de joueurs qui devaient aller aux États-Unis, mais en même temps, si les Américains ne peuvent pas venir, nous ne serons pas plus avancés. Nous avions quatre Américains dans notre club cette année», a expliqué l’entraîneur-chef Daniel Sauvé.

Hawkesbury

À Hawkesbury, l’entraîneur-chef Rick Dorval se demande si la Covid-19 va lui permettre de retenir les services de Dovar Tinling, son joueur le plus prometteur. À 16 ans, l’attaquant de Pointe-Claire a été la recrue de l’année dans la CCHL avec une récolte de 51 points en 50 matches. Choix des Cataractes de Shawinigan, il devait joindre les Buccaneers de Des Moines dans la USHL à 17 ans.

«Nous serons les hôtes du tournoi de la coupe Fred-Page en 2021. Dovar pourrait être un choix de première ronde dans la LNH. S’il ne peut pas jouer dans la USHL à cause du virus qui a bloqué la frontière, nous serions très contents de le ravoir. Son plan était de jouer un an dans la USHL avant d’aller jouer à l’université à 18 ans. En même temps, nous attendons le retour de trois Américains la saison prochaine. Ce sont des éléments importants de notre club. Il s’agirait de lourdes pertes.»

Parce que les Hawks seront les hôtes du championnat canadien de l’est, Dorval reçoit déjà beaucoup de courriels de joueurs intéressés à joindre son programme.

«Pour les joueurs qui ne veulent pas jouer dans la LHO afin de garder leur admissibilité aux universités américaines, c’est une garantie de jouer deux mois de hockey après la saison régulière. Si la frontière est fermée, ces joueurs pourraient se tourner vers nous.»

Or, en cette fin de mois d’avril, personne n’a de boule de cristal pour prédire l’avenir. Il reste trop d’impodérables à mesurer et les agents de joueurs se cassent la tête plus que jamais…